Elomari: «Nous allons contrer les candidats salafistes par des femmes»

Le PAM a choisi de présenter une liste de jeunes 100% féminine.

Par

Ilyas El Omari © Yassine Toumi / TELQUEL

Le secrétaire général du PAM, Ilyas Elomari, a présenté dans un grand hôtel à Casablanca le 23 septembre les détails des candidatures déposées par son parti ainsi que le budget consacré par son parti pour les élections législatives, qui se dérouleront le 7 octobre. Montant annoncé : 70 millions de dirhams.

Ilyass Elomari à mis l’accent sur “l’approche genre”, que le parti du tracteur entend bien respecter au maximum. Dans les listes, « nous avons présenté 100 % de femmes (90 candidates sur 91 pour la liste des jeunes et 91 candidates pour la liste nationale des femmes) adoptant et appliquant ainsi l’approche genre », déclare Elomari. Et d’ajouter : « Même si beaucoup de jeunes hommes ont bénéficié de plusieurs voix au sein du parti, nous leur avons préféré des femmes. » 

Selon le secrétaire général du PAM, « la même approche a été adoptée pour les listes locales, dans la mesure où 8 % des candidats de ces listes sont des femmes, parmi lesquelles se trouvent six têtes de listes ». De même, Elomari estime que « pour combattre les candidats salafistes , [le parti a] opté pour des candidates ». Et de citer nommément Mohamed Hamdaoui, candidat PJD, comme profil à contrer.

Seulement seize anciens parlementaires du PAM vont se représenter

Le leader du parti du tracteur a également déclaré que « parmi les 48 parlementaires élus PAM dans la Chambre des représentants, seulement seize vont se représenter afin de donner la chance à d’autres membres du parti de devenir députés ». 

Elomari est revenu aussi sur le budget de la campagne électorale qu’il estime à 70 millions de dirhams dont « une part provient de l’État et une autre part provient des contributions, allant de 100 à 1 000 dirhams, essentiellement des adhérents du parti, qui sont actuellement au nombre de 115 000. » 

article suivant

Assemblée générale de l’ONU : avec El Othmani en porte-drapeau, le Maroc entame un ballet diplomatique virtuel