Trois morts et 3 blessés dans l'effondrement partiel d'un immeuble à Casablanca

Selon un ingénieur sur place, un problème technique serait la cause de l'effondrement. Les autorités ont ouvert une enquête.

Par

Crédit : Aic presse

Trois morts et trois blessés, c’est le bilan définitif de l’effondrement d’une partie d’un immeuble en construction à Casablanca, nous confirme Dr. Lamia Hassani, déléguée du ministère de la santé à la préfecture d’arrondissement d’Ain Chock.

Une partie de la façade de ce bâtiment de trois étages, situé au quartier Mandarona à Ain Chock, s’était effondré en début de  matinée lundi 29 mars. Selon les premiers éléments que nous avions recueillis sur place, trois ouvriers blessés avaient été transportés à l’hôpital, tandis que trois autres se trouvaient sous les décombres. Un bulldozer se trouvait sur place pour les secourir, mais au final ce sont trois corps sans vie qui ont été retirés des décombres.

L’état des trois ouvriers blessés est  « stable« , ajoute Dr. Hassani.  « Ils se portent mieux (…) un seul ouvrier a une fracture dans la jambe, il est actuellement à l’hôpital Mohammed Bouafi pour subir les soins », poursuit-t-elle.

Crédit : Aicpress

Crédit : Aicpress

Crédit : Aic presse

Crédit : Aic presse

Lire aussi : Au moins trois blessés dans un effondrement à Casablanca

« Un problème purement technique » ?

Selon un ingénieur qui était présent sur place après l’effondrement, et qui s’exprime en off, il s’agirait « d’un problème purement technique ». Pour ce dernier,  « le coffrage qui est sur place est de mauvaise qualité, la majorité des prometteurs immobiliers n’utilisent plus le bois d’échafaudage pour les étaiements, ils utilisent les structures métalliques (…) ça ne veut pas dire que l’effondrement est la cause de l’utilisation du bois, mais la manière dont les choses sont faites n’est pas bonne », estime-t-il.

Mohamed El Ghlid, gérant de la société propriétaire de l’édifice, nous avait affirmé pour sa part tout autre chose, affirmant qu’une «  erreur humaine  » serait la cause de l’effondrement. D’autres sources sur place pointaient, elles, la fragilité de l’édifice.

« Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances » du drame, a annoncé l’agence MAP.

article suivant

La Fondation des musées fait appel à des experts chinois pour restaurer ses oeuvres

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.