Akhannouch se défend d’empiéter sur le terrain de Benkirane

Lors du Conseil du gouvernement, le ministre de l’Agriculture a interpellé le chef du gouvernement au sujet du programme de lutte contre les disparités du monde rural.

Par et

Le ministre de l'Agriculture et de la pêche, Aziz Akhannouch. Crédit: Yassine Toumi
Le ministre de l'Agriculture et de la pêche, Aziz Akhannouch. Crédit: Yassine Toumi.

La gestion du programme de lutte contre les disparités du monde rural, qui est doté de 55,8 milliards de dirhams, a été l’objet d’un « échange fort» entre le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, et le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch,  selon le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, qui répondait à une question de TelQuel.ma.

Selon ce dernier, le ministre de l’Agriculture s’est défendu de toute volonté d’outrepasser ses prérogatives et a dénoncé, devant le chef du gouvernement, les titres de presse faisant état de manipulations concernant l’obtention de la gestion de ce programme.  On notera que le ministre de la Communication a déclaré qu’il n’y a « aucun doute » sur le fait que le sujet sera discuté « prochainement ».

Pour rappel, le programme avait été présenté par le roi Mohammed VI  lors de son discours de la fête du trône, lorsqu’il a déploré  la « situation de précarité » dans lesquelles  vivent certains citoyens « dans les régions éloignées et enclavées ». Dans ce même discours, le souverain avait annoncé qu’« une étude de terrain globale » pour cerner les besoins « en termes d’infrastructures et de services sociaux de base ». Une étude qui précède donc la mise en place de ce programme.

Par ailleurs, Mustapha El Khalfi a déclaré que la situation des médecins protestant contre le service médical obligatoire (SMO) avait également été mentionnée durant le Conseil de gouvernement. Lors de cette réunion du gouvernement, Abdelilah Benkirane a déclaré qu’il était prêt à recevoir les étudiants contestataires à condition que ces derniers reprennent le chemin des facultés de médecine. Il a également déploré le fait que les étudiants opposés au SMO empêchent ceux qui ne le sont pas d’étudier. En plus d’annoncer qu’il prendra « en charge le dossier », le chef du gouvernent a indiqué que la « loi sera appliquée » pour permettre à ceux qui le veulent d’étudier.

article suivant

Le gouvernement suspend l'organisation des festivals et des manifestations culturelles