Benkirane: «dans 10 ans il n’y aura plus de fonds pour la caisse de retraite»

Pour son retour devant le Parlement, le chef du gouvernement a abordé les questions du dialogue social, de l’indemnité de perte d’emploi ainsi que la réforme des retraites.

Par

Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Crédit : Rachid Tniouni

Retour au calme. La session de question orale au chef du gouvernement, interrompue le 28 avril par des échanges d’insultes entre Abdelilah Benkirane et des membres de l’opposition, a repris ce 26 mai dans le calme. Le chef du gouvernement, sans présenter d’excuses aux membres de l’opposition, a répondu à des questions relatives au dialogue social, à l’état de l’économie marocaine et la réforme des retraites.

Incompréhension autour du dialogue social

Lors de leur temps de parole, les membres de l’opposition ont fustigé le bilan du dialogue social. Les membres des quatre principaux partis d’opposition (UC, USFP, Istiqlal, PAM) ont accusé Abdelilah Benkirane de « ne pas vouloir se mettre à la table des négociations avec les syndicats » qui, pour rappel, réclament des augmentations de salaire de 25% pour tous les travailleurs marocains.

Une affirmation rejetée par le chef du gouvernement, qui a indiqué que les discussions avec les syndicats se déroulent dans « un climat sain ». Abdelilah Benkirane estime que si les revendications syndicales sont acceptées par le gouvernement, elles engendreront 27 milliards de dirhams de dépenses annuelles supplémentaires pour l’exécutif.

500 millions de dirhams pour les indemnités de perte d’emploi en 2016

Les membres de l’opposition ont également questionné le chef du gouvernement sur la question des indemnités de perte d’emploi. A ce sujet, Abdelilah Benkirane a affirmé que 250 millions de dirhams d’indemnités ont été reversés au titre de cette indemnisation. Le chef du gouvernement, tout en précisant que des dossiers étaient toujours en cours de traitement, a annoncé que 500 millions de dirhams seront destinés à cette indemnité en 2016.

Enfin, le chef du gouvernement a également évoqué le sujet épineux de la réforme des retraites. Il a déclaré que cette réforme doit faire l’objet d’un consensus entre toutes les parties impliquées. Selon Abdelilah Benkirane, cette réforme est « urgente » car « dans 10 ans il n’y aura plus de fonds pour la caisse de retraite ». Le chef du gouvernement estime que les recommandations du CESE concernant la caisse des retraites sont les plus fiables.

 

Lire aussi : Le retard dans la réforme des retraites « coûte 60 millions de dirhams » par jour

Durant son intervention, Abdelilah Benkirane a également révélé que la réforme des retraites devait passer par le circuit législatif en décembre 2014 mais que la mort d’Abdellah Baha l’a contraint à retarder le processus.

article suivant

Expo 2020 Dubaï : le Maroc annonce les grandes lignes de sa programmation