Chabat: «Benkirane veut éliminer l'institution monarchique»

Accusations, demande de démission, critiques virulentes de la politique menée... L'entretien de Chabat datant du 8 mai dans Fi Kafas Al Itihame en dix citations.

Par

Le secrétaire général du PI Hamid Chabat
Le secrétaire général du PI Hamid Chabat

Invité de l’émission Fi Kafas Al Itihame, animée par Redouane Erramdani sur Med Radio, Hamid Chabat s’en est encore pris au chef du gouvernement. Le secrétaire général de l’Istiqlal a, une nouvelle fois,  exigé la démission  d’Abdelilah Benkirane, le jugeant « incapable de mener » le gouvernement. Durant son intervention, le chef de l’Istiqlal  a aussi critiqué les réformes menées par le gouvernement Benkirane. Pour lui, « la réforme de la caisse de compensation est un crime énorme commis par le gouvernement envers les citoyens ». Tour d’horizon des propos les plus marquants du maire de Fès en dix citations.

1. « Benkirane n’est pas encore parvenu au niveau d’un homme d’Etat, il agit toujours comme secrétaire général de son parti. » Pour Chabat, le chef de gouvernement défend l’intérêt de son parti plus qu’il ne défend celui des citoyens. Dans ce sens, il l’a invité à « démissionner s’il n’est pas capable d’honorer ses responsabilités ».

2. « Quand Benkirane a dit qu’il était immunisé par la Constitution, c’était une humiliation pour les Marocains » Le secrétaire général du parti de la balance est revenu sur les vifs échanges entre l’opposition et le chef de gouvernement qui ont mené à l’interruption de la séance des questions orales le 28 avril dernier après que Benkirane a traité les membres de l’opposition de « paillards ».

Lisez aussi : Benkirane s’énerve lors de la séance des questions orales

3. « Benkirane tient à son poste plus que tout. » Le secrétaire général de l’Istiqlal a rappelé que « Benkirane menace toujours de démissionner » mais qu’il tenait à son poste de chef de gouvernement même s’il « est incapable d’agir en tant que tel ».

4. « Le plus grand crocodile et le plus grand 3afrit est Benkirane. » Tels sont les propos du chef du principal parti d’opposition concernant les supposés « biens non déclarés de Benkirane », évoquant notamment l’imprimerie que Benkirane possèderait sans l’avoir pour autant déclarée.

5. « Benkirane a une armée sur Facebook payée par les fonds de l’Etat », a répondu Hamid Chabat concernant le taux de popularité du chef de gouvernement. Pour le secrétaire général de l’Istiqlal, ce taux n’est visible que sur les réseaux sociaux où le PJD a embauché plusieurs personnes « rémunérées par les caisses de l’Etat » pour accroître sa popularité .

Lisez aussi : Com’ digitale. Comment s’en sortent nos politiques ?

6. « Le couple Benkhaldoun/Choubani a porté atteinte au pays. » Chabat a expliqué que la question de la polygamie au sein du gouvernement était déplacée. « Toutes les chaînes internationales nous ont pointé du doigt suite à cette histoire », s’est-il indigné. Concernant la légalité de cette démarche, l’ancien chef syndical a déclaré que « la responsabilité d’un ministre n’est pas celle d’un simple citoyen ».

Lisez aussi : Zakaria Boualem et les défis de Habib Choubani

7. « Ouzzine est une victime. » Chabat pense que Mohamed Ouzzine n’est pas responsable du scandale de la Coupe du monde des clubs. Pour lui la personne qui devrait assumer sa responsabilité n’est autre que « le chef du gouvernement ainsi que le ministre des Finances qui a approuvé un tel budget qui serait dépensé en une période de trois mois ».

Lisez aussi : Scandale du Mondial des clubs : l’enquête innocente Ouzzine

8. « C’est inconcevable que le ministre de la Communication nous fasse autant honte en France », a déclaré Chabat évoquant l’entretien de Mustapha El Khalfi sur Europe 1. Le secrétaire général de l’Istiqlal ne comprend pas pourquoi « ce ministre ne parle pas en arabe ». « Maintenant, même le chef du gouvernement lance d’abord les termes en français pour les traduire ensuite », a-t-il conclu.

Lisez aussi : Mustapha El Khalfi est « clair ». Les internautes se moquent

9. « Benkirane veut éliminer l’institution monarchique. » Une déclaration jugée dangereuse par l’animateur mais que Chabat n’a pas retiré. Chabat a lancé cette accusation en référence aux propos du chef du gouvernement qui avait dit qu’il « suivait systématiquement l’avis du roi vu qu’il est le Commandeur des croyants même si celui-ci ne correspondait pas à ses convictions religieuses ».

Lisez aussi : Benkirane suit « l’avis du roi même s’il diffère avec ses principes religieux »

10. « Nabil Benabdellah est capable de vendre ses principes pour accéder au gouvernement. » Pour Hamid Chabat, le secrétaire général du PPS ne tient pas aux valeurs de son parti, son seul but étant d’accéder au pouvoir.

article suivant

Sahara, rapprochement Maroc-Israël, liens Rabat-Washington: les dernières confidences de David Fischer