La France décorera Abdellatif Hammouchi

Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, en visite au Maroc, a annoncé samedi que Paris décorerait prochainement le patron du contre-espionnage marocain, visé par une plainte pour "torture" en France, ce qui avait entraîné une crise diplomatique entre les deux pays.

Par

AbdellatIf Hammouchi, le chef de la DGST. Crédit: DR
AbdellatIf Hammouchi, le chef de la DGST. Crédit: DR

Le Maroc et la France, deux proches alliés, viennent de tourner la page d’une année de brouille née du dépôt d’une plainte à Paris pour « torture  » contre ce haut responsable, Abdellatif Hammouchi. Rabat avait aussitôt suspendu la coopération judiciaire, qui n’a été rétablie que fin janvier à la faveur d’un accord entre les deux gouvernements. Alors que la coopération sécuritaire a également été fortement entravée durant cette crise, Bernard Cazeneuve a loué samedi « l’expertise  » et « l’efficacité » du Maroc « dans l’échange de renseignements ».

«  Je veux à cet égard tout particulièrement saluer l’action menée par la Direction générale de la surveillance du territoire » (DGST), dont le « rôle est déterminant dans la coopération que nous menons pour lutter contre le terrorisme  », a-t-il ajouté, lors d’un point de presse conjoint, sans questions, avec son homologue marocain Mohamed Hassad. M. Cazeneuve a alors tenu à rendre hommage « en premier lieu » à Abdellatif Hammouchi. « La France avait déjà eu l’occasion de distinguer monsieur Hammouchi en 2011, en lui attribuant le titre de Chevalier de l’ordre de la Légion d’honneur. Elle saura prochainement lui témoigner à nouveau son estime en lui remettant cette fois les insignes d’Officier », a indiqué le ministre.

« Les deux pays ont un rôle particulier à jouer ensemble pour dire un non implacable au terrorisme et à l’intolérance », a encore fait valoir Bernard Cazeneuve, premier officiel français à se rendre au Maroc depuis la fin de la brouille et qui devait ensuite s’entretenir avec le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane. Paris et Rabat sont engagés dans une lutte de longue haleine contre le terrorisme, les deux pays comptant plus d’un millier de ressortissants chacun –dont une part de binationaux– dans les rangs d’organisations tel que le groupe Etat islamique (EI).

Leur réconciliation diplomatique a été scellée le 9 février à l’Elysée par François Hollande et Mohammed VI.

 

article suivant

"Arabiyat" : ode aux femmes arabes en dix films

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.