CGI, impôts, fuite de capitaux...Boussaid fait le point

Fuite des capitaux, retrait de la CGI de la bourse, délais de paiement, le ministre de l'économie et des finances fait le point.

Par

Mohamed Boussaïd, ministre de l'Economie et des Finances.
Mohamed Boussaïd, ministre de l'Economie et des finances. Crédit : Rachid Tniouni

Lors d’une conférence de presse tenue ce vendredi 24 octobre, le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Boussaid a affirmé que le rapatriement des avoirs des Marocains à l’étranger va bon train. Actuellement, plus de 2 milliards de dirhams de ces avoirs ont été régularisés.

Evitant d’utiliser le terme « fuite des capitaux », Boussaid a déclaré que ces opérations de régularisation se sont accélérées pendant les trois premières semaines du mois de septembre égalant ainsi les autres opérations qui se sont déroulées pendant les huit premiers mois de l’année 2014. Ces montants régularisés se composent de 56% de liquidités et de 36% en immobilier.

Délais de paiement : une loi sur mesure pour les entreprises publiques

Par ailleurs, le ministre a révélé que des modifications vont être apportées à la loi 32-10 relative aux délais de paiement. Cette loi ne précisait pas si le délai de paiement, de 60 à 90 jours est applicable ou pas aux entreprises publiques à vocation commerciale.

A ce titre, le ministre souhaite se concerter avec la CGEM pour ressortir d’une modification de la loi sans pour autant pénaliser les entreprises publiques.

Les raisons du retrait de la bourse de la CGI

Le ministre a donné plus d’explications concernant le retrait de la CGI de la bourse. Selon Boussaid, cette opération a été effectué afin de protéger les petits porteurs qui détiennent 5% du flottant de la compagnie générale immobilière « se trouvant actuellement dans une situation à risque ». De même, il affirmé que cette compagnie va se diriger vers davantage de service public.

Pas de nouveaux impôts

Le ministre s’est également prononcé sur le projet de loi de finances 2015. Il estime que ce n’est pas un budget d’austérité qu’il ne prévoit pas de nouveaux impôts et ne contient pas de coupes budgétaires.

Par ailleurs, il a précisé que le budget d’investissement public devrait atteindre 189 milliards de dirhams dont plus de 2,4 milliards de dirhams prévu pour le renforcement de l’investissement du budget général qui devrait avoisiner les 54 milliards de dirhams. Ce dernier sera destiné « à la poursuite de projets lancés avec un effort d’accélération de leur rythme d’exécution et d’amélioration de leur impact sur les citoyens ».

article suivant

L'artiste marocain Abdeladim Chennaoui n'est plus