L’ONU alerte le Maroc sur le poids inquiétant de l’enseignement privé – Telquel.ma

L’ONU alerte le Maroc sur le poids inquiétant de l’enseignement privé

L’ONU a averti le Maroc au sujet de l’évolution que connaît le secteur de l’enseignement, où le secteur privé commence à avoir une place dominante.

Par

L'ONU a interpellé le Maroc au sujet de l'enseignement. Crédit: AFP
Les enseignants marocains devraient se consacrer au développement de l'enseignement public selon l'ONU. Crédit : AFP

Depuis l’introduction de la charte de l’éducation en 2000, le nombre d’élèves inscrits dans les écoles privées a drastiquement augmenté. Cette année-là, seulement 4 % des élèves des établissements primaires au Maroc étaient inscrits dans une institution privée. En 2013, ce taux était de 14 %. Au vu de l’évolution actuelle, 97 % des élèves du cycle primaire devraient être inscrits dans des établissements privés à l’horizon 2038. Ces statistiques, issues d’une étude réalisée par l’association The Global Initiative ESCR, ont été présentées le 24 septembre à Rabat.

Cette situation alarmante a fait réagir le Comité des droits de l’enfant (CDE) de l’ONU qui a interpellé le gouvernement marocain dans des recommandations qui lui ont été adressées le 24 septembre. Le CDE a fait part de son inquiétude au sujet du « manque de supervision nécessaire concernant les conditions d’inscription et la qualité de l’enseignement dispensé ». L’ONU a également recommandé au Maroc d’évaluer et de traiter « les conséquences du développement rapide de l’enseignement privé  ». Enfin, le comité onusien suggère que « les enseignants du secteur public contribuent à l’amélioration de l’éducation […] plutôt que d’être utilisés par le secteur privé ».

Disparités

Des disparités sont à relever lorsqu’on se penche sur le niveau d’apprentissage des enfants dans les écoles. Selon l’étude de The Global initiative ESCR, seulement 31 % des enfants parmi les groupes les plus défavorisés (les ménages démunis en zone rurales) ont atteint un standard minimum de lecture en 2011. Dans les villes, 84 % des élèves les plus favorisés (ménages riches) ont atteint « un niveau international de lecture  » la même année. Pour l’auteur de ce rapport, le chercheur Sylvain Aubry, cette statistique illustre « l’enseignement à deux vitesses » qui existe au Maroc.

Autre constat établi par le rapport, la disparité existante au niveau de la répartition géographique des établissements d’enseignement privé. La majorité de ces établissements, 80 %, sont situés entre Kenitra et Casablanca. A noter que dans la région du Grand Casablanca, la majorité des écoles primaires sont privées (53 %). A titre d’exemple, des quartiers comme Anfa sont essentiellement composés d’écoles privées (71 %).

Une éducation privée qui phagocyte le secteur public

Autre problème relevé par le rapport : la domination du secteur privé en termes de nouvelles inscriptions. Entre 2000 et 2012, 99 % des nouveaux inscrits dans les écoles primaires se sont dirigées vers les institutions privées. Pour Sylvain Aubry, ce choix révèle l’opinion de la population marocaine concernant l’éducation publique, qui est jugée comme « dangereuse  » et où il « n’existe pas de suivi ».

En réaction à ce rapport et aux recommandations de l’ONU, Khadija Yamllahi, la membre de la Coalition marocaine pour l’éducation pour tous, a fait part de sa crainte que le Maroc n’évolue « rapidement vers un modèle où l’éducation est régulée par le marché, à la façon du Chili (où une partie de l’éducation a été privatisée, ndlr) ». A noter que lors de son intervention devant le CDE, le 3 septembre, la ministre de la Solidarité, de la femme, de la famille et du développement social, Bassima Hakkaoui, avait fait part de sa volonté de « promouvoir une compétition libre entre les écoles  ».

article suivant

Hausse de l'appui à l'éducation, nouvelles prérogatives de l'INDH...les grandes lignes du budget

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.