L’AMDH va porter plainte contre le ministre de l’Intérieur

L’association marocaine des droits humains (AMDH) va porter plainte contre Mohammed Hassad pour dénoncer les « interdictions » de ses activités.

Par

Point presse de responsables de l'Association marocaine des droits humains.
Photo : DR

L’association marocaine des droits humains (AMDH) s’est vue interdire l’organisation d’un atelier de formation, les 5 et 6 septembre, au centre Al Istiqbal à Rabat.

Tout a commencé le vendredi 5 septembre quand les membres de l’association se sont présentés devant lecentre précité. Ils constatent la présence des forces auxiliaires qui se tenaient devant les portes du centre, scellés par des chaînes. « Nous avons été surpris par cette présence des autorités alors que nous avons reçu l’autorisation du ministère de la Jeunesse et des Sports pour organiser cet événement », nous indique Ahmed El Haij, président de l’AMDH. Le dirigeant de l’association affirme qu’il n’a reçu aucune notification écrite de la part des autorités. L’AMDH rend responsable le ministre de l’Intérieur, Mohamed Hassad, et menace de porter l’affaire en Justice. « Le ministère de l’intérieur agit en dehors de la loi en nous interdisant d’organiser nos activités », dénonce Ahmed El Haij.

Des membres de l’association veulent déposer une plainte devant le tribunal administratif contre le ministère de l’intérieur. De même, ils se sont plaints auprès du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane et du ministre de la Justice, Mustapha Ramid.

Ce n’est pas la première fois que l’AMDH se voit interdire la tenue d’activités. En juillet, les colonies d’été de l’association n’ont pas pu se tenir dans plusieurs villes alors que des autorisations ont été délivrées par plusieurs communes.