Affaire Lachkar: un journaliste poursuivi par la DGSN

Nouveau rebondissement dans l’affaire du jeune de l’USFP décédé dans un commissariat d’El Hoceima. Un journaliste ayant couvert l'affaire est poursuivi en justice.

Par

Visage tuméfié du militant USFP Karim Lachkar.
Karim Lachkar, le militant décédé dans des circonstances qui font polémique. Crédit : DR

Suite à la polémique autour du décès d’un jeune membre de l’USFP, Karim Lachkar, dans des circonstances non élucidées dans un commissariat de police à El Hoceima, la police vient de porter plainte contre un journaliste. Il s’agit de Hamid Al Mahdaoui, directeur du site arabophone Badil.info, accusé notamment d’avoir colporté de fausses accusations de torture.

Celui-ci risque jusqu’à 10 ans d’interdiction d’exercice de la profession et une amende de 250 000 dirhams. Le journaliste est accusé d’avoir « porté atteinte à l’honneur » de la Direction générale de la sûreté nationale. La DGSN s’est en effet porté partie civile et demande des dommages et intérêts. Hamid Al Mahdaoui se défend : 

Je n’ai fais que relayer ce qui a été rapporté par les associations des droits humains, d’autres médias et enfin par la famille des victimes. Le tout en publiant le communiqué du procureur du roi.

Enquête exigée par l’AMDH

L’affaire, remontant au mois de mai dernier, était intervenue en pleine visite au Maroc de Navi Pillay, haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’Homme. Des associations de droits humains accusent les forces de l’ordre de la ville d’El Hoceima d’être impliquées dans le décès de Kamal Lachkar.

La police a aussitôt réagi, affirmant que la mort était accidentelle. De son côté, l’AMDH (Association marocaine de droits humains) avait appelé à l’ouverture d’une « enquête crédible et transparente » pour déterminer les circonstances exactes du décès de ce militant USFPiste. Le premier secrétaire du parti de la rose, Driss Lachgar, s’était rangé du côté de la victime.

article suivant

Le roi Mohammed VI rend hommage à Abderrahmane Youssoufi