Maroc

Le potentiel remplaçant de Christopher Ross présent à la Mo Ibrahim Governance Week

De gauche à droite: Youssef Amrani, chargé de mission au cabinet royal, Horst Köhler et l'ancien SG des Nations Unies Kofi Annan. Crédit: Mo Ibrahim Foundation
Le potentiel remplaçant de Christopher Ross présent à la Mo Ibrahim Governance Week
avril 09
10:50 2017
Partager

La Mo Ibrahim Foundation Governance Week a réuni des invités de marque à Marrakech. Parmi eux, un certain Horst Köhler, pressenti pour succéder à Christopher Ross.

L’ancien président allemand Horst Köhler sera-t-il le prochain envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies au Sahara? L'information, non encore officielle, a été révélée par le site d'information algérien TSA. D'après la même source, "le Maroc et le Front Polisario se sont montrés bien prédisposés mais ils n’ont pas encore donné leur accord définitif". Si rien n'est encore acté, force est de constater que Horst Köhler a déjà fait un déplacement au Maroc. Il était l'invité  de la Mo Ibrahim Governance Week dont les travaux se sont terminées ce dimanche 9 avril à Marrakech. L'intervention de l'ancien président allemand n'a pas porté sur un sujet lié de près ou de loin au Sahara. Elle était articulée autour de la notion  de « leadership ».

Docteur en économie, Köhler a occupé plusieurs fonctions au ministère de l’Économie allemand avant d’être nommé Secrétaire d’État aux Finances en 1990. Huit ans plus tard, il devient le président la Banque européenne de recherche et développement  (BERD)  puis accède à la direction générale du FMI. Un poste qu’il occupe pendant quatre ans avant d’être nommé président allemand. S’il venait à remplacer Christopher Ross, dont la démission a été évoquée par plusieurs médias, mais jamais officialisée par l’ONU,  Horst Köhler signerait le retour d'un Européen au poste d'envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara. Particularité du potentiel remplaçant de Ross: sa casquette de politicien. Il est membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne, le parti d'Angela Merkel.

Outre Horst Köhler, ou encore le discret passage de Chissano, la Mo Ibrahim Governance Week qui a pris fin ce 9 avril, a accueilli des invités de marque. Parmi eux, l’ancien secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan,  l’actuelle vice-secrétaire générale de l’ONU Amina Mohamed,  le président-directeur général de l’International Crisis Group Jean-Marie Guéhenno, le représentant spécial et chef de mission des Nations-Unies en Libye, Martin Kobler, ou encore l’ex-gouverneur de la banque centrale nigériane, Lamido Sanusi. En plus des invités internationaux, l'événement a réuni des personnalités marocaines de premier plan. A leur tête, le conseiller royal André Azoulay qui a lu un discours au nom du roi et le chargé de mission au cabinet royal Youssef Amrani. Ce dernier a notamment rappelé "qu’il ne saurait y avoir d’Afrique forte et unie sans sécurité, croissance partagée et solidarité durables".

Lire aussi: Abdoulie Janneh: "Il est essentiel que le Maroc contribue au développement du continent africain"

Lire aussi: Mohammed VI : «Toute tentation d’exercer un leadership national en Afrique est vouée à l’échec »

 

Tags
Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss