Maroc

Sahara: Intervention sécuritaire dans la région de Gargarate

Crédit: DR
Sahara: Intervention sécuritaire dans la région de Gargarate
août 16
14:44 2016
Partager

Des opérations d’assainissement ayant eu lieu au-delà du mur de défense ont permis l’évacuation de trois points de rassemblement de contrebandiers et la saisie de six-cents voitures. 

Dans un communiqué publié ce 16 août, la wilaya de Dakhla-Oued Eddahab annonce que les services de sécurité, sans préciser lesquels, et la douane ont mené, depuis le 14 août, des « opérations d’assainissement » dans la région de Gargarate, qui se trouve au sud-ouest des provinces du Sud. Il s'agit de la dernière zone habitée avant la frontière mauritanienne. Cette localité est l’un des seuls points permettant de rallier, par voie terrestre, le Maroc depuis la Mauritanie et inversement.

Ces opérations ont pour but, selon la même source, « de mettre fin aux activités de contrebande et de commerce illicite » et ont permis « l'évacuation de trois points de rassemblement de carrosseries de voitures et de camions d'occasion, comprenant plus de six-cents voitures ». Pour la wilaya, les actions des services de sécurité et de la douane ont permis à la région de Dakhla-Oued Eddahab d’être « assainie » de « de toute forme de commerce illicite et de personnes qui le pratiquent ». Ces opérations ont été menées au-delà du mur de défense marocain, selon nos confrères Médias24 et Le360. Cette zone fait l’objet d’accords militaires entre le Maroc et la Minurso.

On notera que la publication de ce communiqué intervient près d’un jour après la publication d’un article sur le site d’information espagnol ABC, dans lequel l’action marocaine est qualifiée d’« offensive ayant culminé par la prise de Gargarate ». ABC, qui cite une source proche du Polisario, annonce que des bulldozers auraient également été impliqués dans cette opération afin de « construire les fortifications nécessaires à une base [militaire, NDLR]». Dans son édition du 16 août, le quotidien Akhbar Al Yaoum explique que les mouvements de l’armée marocaine dans cette zone est une réaction à certaines provocations des milices du Polisario qui souhaitaient s’emparer de cette zone et la transformer en « territoires libérés ».

À la suite de cette opération, le chef du Polisario Brahim Ghali a adressé, le 16 août, une lettre au secrétaire général de l’ONU relayée par l’agence de presse algérienne Algérie Presse Service (APS). Dans ce courrier, le successeur de Mohamed Abdelaziz appelle à des « sanctions immédiates contre le Maroc » pour ce qu’il estime une « violation de la zone (celle de Gargarat, NDLR) » par les forces marocaines qui ont, selon lui, eu recours à des « unités militaires […] soutenues par des unités mobiles de transport et de génie militaire, appuyées par une reconnaissance aérienne ». On notera également que cette opération se tient dans un contexte de tensions entre le Maroc et la Mauritanie.

Lire aussi: Querelle de voisinage entre le Maroc et la Mauritanie

Partager

Lire aussi

Nous suivre

Retrouvez le meilleur de notre communauté

facebook twitter youtube instagram rss