essentiel

Les appels à l’égalité dans l’héritage se multiplient au Maroc

Marche des femmes, à Rabat, le 13 avril 2014. Crédit : DR
Les appels à l’égalité dans l’héritage se multiplient au Maroc
novembre 02
17:56 2015
Partager

Les associations formant la FIDH, mais aussi deux grands partis, l’UC et le PPS appellent à un débat sur l’égalité dans l’héritage.

Les organisations formant la FIDH (Fédération internationale des droits humains) se sont exprimées en faveur de la réforme de loi sur l’héritage recommandé par le CNDH, « Nos organisations soutiennent pleinement cette recommandation et appellent le Maroc à l’appliquer sans délai » rapporte le communiqué de presse.

Karim Lahidji, Président de la FIDH a déclaré que « la recommandation du CNDH relative à l’héritage constitue une nouvelle avancée dans la lutte pour l’égalité et la parité. Les autorités marocaines doivent saisir cette occasion pour consolider les acquis des femmes marocaines ».

De son coté, la Secrétaire générale de la FIDH, la marocaine Amina Bouayach, a considéré que la position exprimée par le CNDH constitue un signe de progrès pour toutes les Marocaines et tous les Marocains. « Se pencher sur la mise en œuvre de la recommandation constituera une autre étape dans la conquête de l’égalité et de la parité » affirme-elle

Ce communiqué de la FIDH vient suite au rapport du CNDH présenté le mardi 20 Octobre, et la réaction du PJD qui s’est opposé aux recommandations du CNDH en les qualifiant d’ »irresponsables« .

Par ailleurs, des partis politiques s’étaient exprimés sur la polémique en question. Dans son communiqué publié le vendredi 30 octobre, L’UC (Union constitutionnelle) condamne toute forme de dogmatisme et de fermeture au débat, et dénonce l' »écran de fumée » autour de la question délicate de l’héritage, dans l’objectif de masquer l’ensemble des autres recommandations du document. Selon le communiqué L’UC « appelle à l’ouverture d’un débat national serein et constructif, et considère que le choix, de plusieurs de nos compatriotes, d’opter pour un mode civil de partage de l’héritage, doit être entendu ».

D’autre part, l’allié du PJD au gouvernement le PPS, a appelé samedi le 31 Octobre sur un compte rendu de sa commission centrale à favoriser la raison et encourager « l’Ijtihad » avec une approche prenant en considération les acquis des Droits de la femme, et les spécificités nationales.

Lire aussi : Le CNDH en faveur d’une réforme de la loi sur l’héritage

Tags
Partager

Lire aussi