Les gardiens de voiture, une exception marocaine ?

Par Fatym Layachi

Cette semaine a été longue. Elle a été longue et chiante. Et toi, tu n’aimes pas ça, les semaines longues et chiantes. Ça te rend particulièrement irritable. Alors tu sens que ce déjeuner chez ta cousine risque d’être un peu tendu. Tu essaies de te calmer en y allant. Mais ce ne sont pas les embouteillages qui vont t’y aider. Après avoir injurié quelques génitrices d’inconnus, fumé trois clopes, klaxonné trop souvent et écouté les trop longues notes vocales de Zee, tu finis par arriver en bas de l’immeuble. Évidemment tu ne trouves pas de place où te garer. Évidemment, tu te mets à chercher, à tourner et tu fais le tour quatre fois. Comme à chaque fois. Tu tournes et ça t’agace. Tu pestes, insultes, cherches tes clopes, ne les trouves pas, tu soupires. Tu te dis que tu vas envoyer un message à ta cousine pour lui dire que tu aurais adoré découvrir sa recette de couscous à l’orge et au quinoa mais que tu vas lui faire faux bond.

Fatym Layachi
“Quand soudain, un miracle ! Un…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés