Le Boualem, les hooligans et le fatalisme

Par Réda Allali

Salut à vous les amis, et bienvenue à nouveau dans l’espace privé de Zakaria Boualem. Prenez vos aises, plaisir des yeux, les gazelles, les gazous. Nous voici lancés à nouveau à corps perdu dans une nouvelle année, le moral gonflé à bloc et le cœur plein d’ambition. Profitons de cet état d’esprit, les amis, sans plus attendre. Oui, il convient, en ces temps où tout semble envisageable, de commencer à régler nos problèmes les plus sérieux, même ceux qui semblent insolubles. Car enfin, depuis que nous sommes arrivés aux portes de la finale de la Coupe du Monde, il est désormais prouvé que rien n’est impossible, et merci. On peut commencer où on veut, nous sommes pleins d’allant, conquérants et sûrs de notre force. Pour rester dans le football, on pourrait commencer par ce lourd problème de hooliganisme qui plombe notre brave Botola. Dimanche dernier, par exemple, de sinistres vidéos se sont mises à envahir nos écrans, en marge d’un match du Wydad à Tétouan. On y voit des agressions, des bagarres, des vols, du vandalisme… Le menu complet….

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés