L’envie de changer

Par Fatym Layachi

Ça y est, une nouvelle année a débuté. L’année précédente s’est terminée. Celle-ci sera mieux. Forcément mieux. On est tout début janvier et tu te sens bien. Tu aimes bien cette période. Toi par principe, tu aimes bien les débuts. Tu adores ça, les pages blanches, les commencements. Tu aimes les départs même s’ils sont un peu faux, les premiers pas même s’ils trébuchent un peu. Tu aimes les prémices. Ces instants où tout semble possible, ces moments où tout est à inventer, où tout est envisageable, tu adores. Alors toi, tu envisages tout. En janvier, tu es pleine d’entrain et d’espoir. Le meilleur reste à venir. Forcément. Passé cet engouement, février et ses doutes vont venir te déprimer bien vite, mais bon, tu ne vas tout de même pas anticiper cette baisse de régime, tu n’es pas avant-gardiste à ce point… Alors pour l’instant, tu te contentes de profiter de cette joie qui t’envahit. Et puis tu as un peu l’impression que c’est général, c’est une période d’enthousiasme général. C’est la période des vœux, des bons sentiments. C’est la…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés