Le Boualem et les organes d’Achraf Hakimi

Par Réda Allali

Depuis qu’il est quart-de-finaliste de la Coupe du Monde, Zakaria Boualem a beaucoup changé. Il a désormais quelque chose de fier dans son regard, sa voix est plus sûre et sa démarche s’est ennoblie. D’après des sources dignes de confiance, il paraît qu’il est même devenu beau, c’est prodigieux. Car tels sont les effets dévastateurs de la confiance en soi. Il s’est hissé à la hauteur de notre Mountakhab, qui est devenu entre-temps celui de la plus grande partie de la planète. Oui, nous sommes (enfin) devenus amazighs, africains, arabes, fiers-mondistes, tout le monde veut sa part de gloire. Bienvenue à tous, la maison est grande. Même s’il y revendique une place de choix, parce qu’il a beaucoup souffert le pauvre. Depuis que Moulay Achraf Hakimi a marqué le plus beau penalty du monde, rien n’est plus comme avant. Il faut s’arrêter un instant sur ce geste technique tant il défie la raison. Voici un homme qui est sur le point de frapper le ballon le plus important de l’histoire du Maroc. En marquant, il permet à son équipe de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés