“Siir, siir, siiir” !

Par Réda Dalil

Le Maroc est heureux. Nous en avions bien besoin. L’épopée épique de nos Lions de l’Atlas a balayé des mois d’humeur bougonne, d’inflation et de crise. Même le ciel, avare de pluie, a lâché ses trombes sur un pays en état de grâce. À Doha, le onze national a réussi à accéder aux phases finales de la Coupe du Monde. Un exploit qu’il aura fallu attendre 36 ans. Solides comme un roc face à la Croatie, entreprenants devant la Belgique et résilients contre le Canada, les “As de l’Atlas” (joli titre de l’équipe) du coach Walid Regragui parviennent aux phases finales auréolés d’une première place de poule. Par leur prouesse, ils ont ravivé l’union sacrée entre les Marocains. Une symbiose que la résistance au Covid, et l’efficacité des pouvoirs publics lors de l’épisode pandémique, avaient bâtie. Mais qui, depuis, s’était gentiment effritée. Voici donc notre pays surfant encore une fois sur un momentum favorable.

Réda Dalil
“En dépit de la cherté de la vie dans ce micro-état, les supporters marocains se sont mobilisés comme jamais. Leur bonhomie, leur convivialité, cette…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés