De Boris Johnson à Aziz Akhannouch...

Par Yassine Majdi

Pas besoin d’être Sherlock Holmes pour affirmer que Boris Johnson est loin d’être l’homme le plus populaire du Royaume-Uni. Après deux années passées au 10 Downing Street, BoJo ne sera plus Premier ministre d’ici septembre. Sa chute a été aussi spectaculaire que médiatisée. Il y a quelques semaines, l’homme était confiant : il pensait pouvoir se maintenir à son poste malgré les multiples casseroles qu’il traînait. Parmi elles, une fête organisée à Downing Street alors que le gouvernement britannique avait fait adopter des règles de confinement très strictes en raison des milliers de morts causés par le Covid dans un pays qui n’était pas outillé pour affronter la crise sanitaire… Mais la vindicte populaire a eu raison de celui qui avait pourtant réussi à installer la plus grande majorité conservatrice au parlement britannique depuis Margaret Thatcher. Car Boris Johnson a tout simplement trahi la confiance des citoyens en nommant à un poste de responsabilité un homme qu’il savait accusé d’agression sexuelle. Le 10 Downing Street a d’abord nié, alors même que les preuves s’accumulaient, avant de céder sous la pression….

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés