Il fait (trop) chaud... et on coupe les arbres

Par Fatym Layachi

Tu as chaud. Tu crèves de chaud. Tu as l’impression que tu n’as jamais eu aussi chaud. A chaque fois qu’il y a une vague de chaleur, tu as l’impression que c’est inédit. Pendant les épisodes de grosses chaleurs, c’est tout ton potentiel de tragédienne qui s’exprime. Même visuellement. Tu as constamment deux éventails, un brumisateur et toute une logorrhée sur les risques liés à l’emballement des températures. Et autour de toi, tout le monde a l’air de réagir de la même manière. Sur le groupe WhatsApp familial, ça ne parle que de ça : “Il fait trop chaud”. Ta tante partage même des articles avec des titres du style “Canicule : nos conseils pour rafraîchir votre chat”. Dans l’open space au bureau, la météo est aussi le principal sujet de conversation. En plus, là où tu vis, non seulement il fait chaud, mais il fait aussi humide. Et toi, l’humidité, tu trouves ça épouvantable. Tes cheveux vivent dans une autonomie qui frise l’anarchie et ton visage est luisant en permanence. Et tu es bien loin du teint glowy vanté…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés