Démocratie vs développement

Par Yassine Majdi

Comme un symbole. Les Marocains se sont habitués à voir le prince Moulay Hassan lors d’événements importants dans la vie politique et religieuse du pays, comme les réceptions de chefs d’État étrangers ou encore les célébrations de fêtes religieuses où l’on voit l’héritier du trône aux côtés de son père, le roi Mohammed VI. Mais pour la première fois, ce 13 juillet, Moulay Hassan siège aux côtés du souverain dans le cadre d’un exercice éminemment politique : un Conseil des ministres. L’occasion, sans doute, pour le prince de se frotter à l’exercice politique après avoir occupé des rôles de représentation. L’occasion aussi de voir de quoi sera faite la vie politique de demain dans un pays qu’il sera irrémédiablement amené à diriger. Car ce Conseil des ministres nous a sans doute donné un aperçu du Maroc de demain, ou du moins de sa structure politique. Annoncée il y a quelques semaines par TelQuel, la création de la Haute autorité de la santé aura bel et bien lieu. Cette nouvelle institution augure d’un big-bang dans le secteur de la santé, mais…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés