Le Boualem et le plus grand théâtre d'Afrique... vide

Par Réda Allali

Zakaria Boualem, en cette période estivale propice à l’élévation de l’âme, a décidé de vous parler de culture. Il ne vous aura pas échappé, cher lecteur, que la culture a le vent en poupe. Elle est déclarée prioritaire par plusieurs sources concordantes, l’objet de toutes les attentions, le cœur du nouveau projet national, celui qui devrait nous propulser vers les hautes sphères de la félicité.

“Zakaria Boualem est formel : la culture est une priorité. Comme le tourisme, l’agriculture, la réforme de l’administration, l’écologie, la transition énergétique, la sécurité routière, le cheval et la troisième dose”

Réda Allali
Un peu partout, soudain, on explique que c’est bien elle qui forge les peuples, nourrit les esprits, gonfle les cœurs, tout ceci est incontestable. On peut regretter qu’une telle constatation arrive aussi tard dans notre chemin collectif, ou passer outre ce genre de sarcasme et se féliciter, tout simplement, de cette prise de conscience miraculeuse. Oui, les amis, Zakaria Boualem est formel : la culture est une priorité. Comme le tourisme, l’agriculture, la réforme de l’administration, l’écologie, la transition énergétique, la sécurité…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés