Clusters festifs

Par Fatym Layachi

Ce week-end était censé être familial, festif et détendu. Ce week-end, c’est l’Aïd et tu étais censée être chez ta tante, en famille, dans sa maison à la plage. Suffisamment loin des moutons, de tout égorgement et autres rituels sacrificiels, mais suffisamment proche de quelques brochettes de boulfaf. Loin de la vue du sang et proche des grillades, la distance idéale pour toi le jour de la fête dite du mouton, mais qui n’a absolument rien de festif pour le mouton. Mais bon, c’est un autre sujet. Pour toi, c’est bien une fête et il n’y a que ça qui t’importe. Et ce week-end de fête, tu en rêvais : deux jours à bouffer des trucs trop bons que tu ne manges jamais pendant l’année, entourée de gens que tu aimes avec les pieds dans l’eau. Le programme était parfait. Mais finalement, le programme a changé. Ta tante a annulé à la dernière minute. Trop de cas de Covid autour d’elle et de ton oncle. Ça les fait flipper. C’est vrai que les chiffres sont flippants. Et vu le prix…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés