Aïd Al-Adha : “Les intermédiaires ont fait grimper les prix des moutons”

La hausse des matières premières due à la sécheresse et la guerre en Ukraine a impacté les éleveurs. Mais selon Abderrahmane Mejdoubi, président de l’Association nationale ovine et caprine (ANOC), les intermédiaires sont les premiers responsables de la hausse des prix du mouton. 

Par

L'inflation n'a pas épargné la vente de sacrifices pour l'Aïd Crédit: Yassine toumi/TelQuel

TelQuel : Beaucoup de Marocains semblent penser que les prix du mouton se sont envolés. Vous confirmez?

Abderrahmane Mejdoubi : Globalement, les prix sont restés stables par rapport à l’an dernier. Mais il y a bien eu une hausse des prix dans les grandes villes, à cause des intermédiaires. Les hausses ont pu aller jusqu’à 700 dirhams par tête. Mais cette hausse n’a pas eu lieu sur l’ensemble du territoire. Autre facteur de hausse des prix : le coût des matières premières pour les éleveurs. L’orge, le grain et le foin ont doublé depuis la guerre en Ukraine, mais l’État a pris des mesures.

à lire aussi

Quelles sont ces mesures?

Des subventions ont eu lieu sur une partie de l’orge et des aides ont été menées au profit des éleveurs atteints par la sécheresse. Aussi, les récents projets d’agrégation agricole permettent de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés