Ben Harper : “Je pourrais très facilement vivre au Maroc” 

Exclusif. Quelques heures avant son concert lors de la 15e édition du festival Jazzablanca, TelQuel a rencontré Ben Harper. Le chanteur et musicien californien se confie sur son amour du Maroc.

Par

Ben Harper sur la scène de la 15e édition du festival Jazzablanca le 3 juillet 2022 à Anfa Park. Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

Programmé en clôture de la 15e édition du festival Jazzablanca, Ben Harper a arboré, à la fin de son concert, un t-shirt rouge estampillé “Morocco”. Un pays qu’il aime tant, dit-il, après s’y être produit en 2011, au festival de Fès des musiques sacrées. En l’espace de dix ans, son amour pour le royaume semble s’être renforcé : “Au fil des années, j’ai gagné beaucoup d’amis marocains”, confie le chanteur de 52 ans, lors d’une brève entrevue accordée à TelQuel, quelques heures avant de monter sur scène. “J’irais même jusqu’à dire que la culture marocaine est à ce jour ma préférée”, sourit-il.

Bluesman 

Dans sa loge, juste après avoir dévoré un couscous, Ben Harper se livre : “Je ne mets jamais d’attentes vis-à-vis de mes concerts, ni de mon public”. Celui de Jazzablanca l’a accueilli à bras ouverts : des milliers de fans ont répondu présents, restituant ses paroles par cœur…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés