Melilia, qui est responsable ?

Par Réda Dalil

Une tragédie. Il n’y a pas d’autre mot  ! Le décès de 23 personnes suite à la tentative de franchissement par 2000 migrants des postes frontières de Melilia est un de ces drames que l’esprit rationnel peine à appréhender. Les images de ces pauvres hères attroupés dans la forêt de Gourougou, près de Nador, guettant l’opportunité de poser pied sur le sol européen sont, hélas, devenus presque banales. Avec régularité, les forces de l’ordre marocaines déjouent ce type de tentatives, souvent sans que cela n’engendre de décès. Mais cette fois-ci, le bilan humain est lourd. Que s’est-il passé ? D’après nos informations, parmi les migrants ayant pris d’assaut les postes frontières de Melilia, environ 500, tentant leur premier franchissement, se sont agglutinés dans le Barrio Chino. Cet étroit passage est équipé à son extrémité par un tourniquet, conçu pour laisser passer une personne à la fois. Méconnaissant les lieux, les migrants se sont laissé entraîner vers une souricière, un piège mortel. Lorsqu’une bousculade éclate dans le point de passage, la pression exercée par la marée humaine coûte la vie, par…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés