Visas et punition collective au pays des Lumières

Par Réda Allali

Pour une raison qui ne regarde que lui, Zakaria Boualem a éprouvé le besoin de se rendre en France. Il faut préciser, sans devoir troubler sa pudeur légendaire, que l’impérieuse nécessité dont il est question n’a rien à voir avec une quelconque villégiature. Le bougre se devait d’aller en France, pour des raisons familiales, voilà tout ce que vous devez savoir. Il a rapidement compris que l’obtention d’un rendez-vous auprès de l’organisme prévu à cet effet relevait du miracle : autour de lui, de nombreux collègues s’étaient heurtés à ce mur sans pouvoir le fissurer. Mais ce n’est pas ce qui l’a le plus étonné. La chose hallucinante, c’est que ce bug n’en est pas un. Figurez-vous que nous sommes punis, voilà ce que lui a expliqué un ami féru de géopolitique. Il paraît que la France a très sérieusement déclaré qu’il s’agit d’une “décision rendue nécessaire par le fait que ces pays n’acceptent pas de reprendre des ressortissants que nous ne souhaitons pas et ne pouvons pas garder en France”. Oui, vous ne rêvez pas, le pays des Lumières,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés