Au pays d’Erasme

Par Yassine Majdi

Pour beaucoup, les Pays-Bas ne se limitent qu’à Amsterdam. Cette porte d’entrée enfumée, enivrante, et surtout idéalisée, des Pays-Bas ne représente pas le pays d’Erasme. Mais sur les rives baignées de soleil du fleuve Amstel, la vie est une fête et se conjugue davantage au présent qu’au futur. Surtout lorsque le club local, Ajax, vient de remporter son 36e titre de champion des Pays-Bas. Et ce n’est pas non plus à La Haye, la capitale, qu’il faut chercher. Non, c’est du côté de Rotterdam qu’il faut se rendre pour comprendre ce qui fait l’âme des Pays-Bas. C’est en voyant le Rijnhaven (le “Havre du Rhin”) que l’on comprend le véritable pouvoir économique du pays. Sur les bords du Rhin, les gratte-ciel s’enchaînent à perte de vue, témoignant de la toute-puissance de la ville. Rotterdam travaille. La ville pèse plus de 5% du PIB néerlandais et représente près de 30% du marché énergétique européen. Rotterdam, c’est aussi une ville cosmopolite. Marocains, Turcs, Chinois et Néerlandais de “souche” se mélangent sans aucun impair. On baignerait presque dans un “melting pot”. Et on…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés