Surexposition aux écrans : 5 ans et déjà un téléphone à la main

87%, c'est la proportion des enfants entre 5 et 8 ans qui disposent d'un mobile. Ce constat a été révélé dans l'enquête “Équipement et usages des TIC de 2020”, conduite par l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT). Reda Mhasni, psychoclinicien, nous parle des impacts de la surexposition aux écrans dans Le Scan, le podcast actu de TelQuel.

Par

Money SHARMA / AFP

Quels sont les impacts psychologiques de la surexposition aux écrans ?

Il y a évidemment un impact sur la psychologie des gens. Sur leurs métabolismes aussi, diraient les médecins. Nous sommes revenus sur plusieurs études qui font état d’une affection oculaire, de troubles ophtalmologiques. Ce sont des choses liées à la concentration, à l’attention volontaire, à la vigilance, au trouble du sommeil sur une hygiène de vie.

Neuf enfants sur dix disposent d’un téléphone. Cette surexposition précoce est-elle nocive pour leur psychologie ?

Jusqu’à un certain âge, l’enfant a besoin d’agir sur le monde, au lieu qu’un écran agisse sur lui. Il est victime du déroulement des images, des sons et des juxtapositions de contenus,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés