Risques sismiques : à Driouch, on vit au rythme des secousses

Dans la province de Driouch, mitoyenne de Nador, plus de 20 tremblements de terre en moyenne sont enregistrés chaque jour depuis plus d’un an. Comment expliquer cette activité sismique qui inquiète les habitants ? Est-ce le signe annonciateur d’une nouvelle catastrophe naturelle dans le Rif ? Des experts nous donnent des éléments de réponse, pas forcément rassurants...

Par

Sam Yeh / AFP

Située entre Nador et Al Hoceïma au nord-est du pays, la petite province de Driouch vit, depuis janvier 2021, au rythme des secousses telluriques qui se produisent à une fréquence jamais enregistrée. En l’espace de 15 mois, la terre a tremblé plus de 10.000 fois sous les pieds des habitants de cette région montagneuse du Rif. C’est ce que révèle à TelQuel Nacer Jabour, chef de division à l’Institut national de géophysique (ING) : “En moyenne, nous détectons entre 20 et 40 chocs sismiques toutes les 24 heures. C’est du jamais vu au Maroc”. Ainsi, le 23 avril, un nouveau séisme a été recensé par l’ING à 2h30 du matin. La magnitude de la secousse n’a pas dépassé 3,5 sur l’échelle de Richter,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés