La tolérance, en attendant la liberté de conscience

Par Fatym Layachi

Le temps a beau être quelque chose de précis et de quantifiable, tu continues de trouver le concept du temps qui passe extrêmement subjectif. Ces vacances à Majorque sont passées beaucoup trop vite, ce dîner avec ce mec insipide t’avait paru interminable, tes vingt minutes de crossfit te donnent l’impression de galérer pendant des heures et des heures… D’ailleurs, tu es absolument convaincue qu’il doit y avoir une explication scientifique et logique sur le temps qui passe de manière tellement précise, et sa perception qui peut sembler complètement floue. Enfin bref, tu vas te contenter de constater que, par moments, tu as la sensation que le temps se dilate, et qu’à d’autres il se rétracte. Les minutes, les heures. Les jours et les semaines ne s’égrènent pas du tout de la même manière selon ce que tu en fais, de ce temps. Et pour le coup aujourd’hui, tu trouves le temps long. C’est souvent comme ça à partir de la moitié du mois sacré. Tu as l’impression que les quatorze derniers jours du mois sont bien plus longs que les…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés