Les Marocains, des accélérationistes cachés?

Par Yassine Majdi

Et s’il fallait précipiter la destruction de notre monde pour avancer son salut ? C’est le leitmotiv qui se cache derrière le concept d’accélérationisme. Le mot est neuf mais l’idée -et le développement de théories autour de l’accélérationisme - date. Initialement, l’accélérationisme est associé à l’extrême gauche. Karl Marx est d’ailleurs l’une des premières figures à porter les idées accélérationistes. En 1848, l’homme à l’origine du communisme plaidait pour l’accélération du développement du libre-échange, estimant que la mondialisation exacerberait davantage les différences entre “bourgeois et prolétariat”, provoquant ainsi une révolution et, par conséquent, la destruction du modèle capitaliste. Plus généralement, pour les penseurs de gauche, l’accélérationisme est souvent associé à une promotion du modèle capitaliste en vue de hâter sa destruction. Mais récemment, et comme bon nombre d’idées appartenant à la gauche, l’idée d’accélérationisme a été réexploitée par l’extrême droite. L’accélérationisme a ainsi été associé aux attentats de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, lors desquels un terroriste suprémaciste blanc avait tué 51 personnes dans deux mosquées. Pour les suprémacistes blancs, l’accélérationisme consiste à exacerber les tensions raciales – à travers des attentats, des…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés