Juvenile justice : le drame de la justice des mineurs en Corée du Sud

À travers le personnage d’une juge impitoyable, la série “Juvenile justice” pointe les failles du système judiciaire et questionne la responsabilité de la société dans les crimes commis par les mineurs en Corée du Sud.

Par

Scène de la série "Juvenile Justice". Crédit: DR

Disponible sur Netflix.
Intransigeante, impassible. Elle parle peu. Elle mène une vie solitaire et, de prime abord, rien n’est révélé sur son histoire. Sim Eun-Seok est une juge qui vient d’être récemment affectée à un tribunal pour mineurs. Elle va tout faire pour briser les conventions afin de “vraiment” punir les contrevenants. Car la loi sud-coréenne ne prévoit pas de peines de prison pour les mineurs qui commettent des crimes (même des homicides), ils sont seulement placés dans des foyers ou des centres éducatifs pour mineurs. C’est ce qui provoque la colère de la juge, qui estime que la punition appropriée doit être à la hauteur de la violence et de la cruauté du crime.

Une intrigue complexe

Chacun des dix épisodes de la série Juvenile Justice est centré sur une affaire que les…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés