“My Name” : le goût de la vengeance

Dans cette série sud-coréenne, la quête de vengeance nous mène dans un récit qui ne décrit ni enfer ni paradis, mais un purgatoire où justiciers et tueurs se justifient.

Par

Dans cette série sud-coréenne, la quête de vengeance nous mène dans un récit qui ne décrit ni enfer ni paradis, mais un purgatoire où justiciers et tueurs se justifient.

Disponible sur Netflix.
Les réalisateurs et scénaristes coréens sont devenus les nouveaux maîtres des histoires de vengeance. Plus personne, jusqu’à présent, ne peut les concurrencer sur ce terrain. Des histoires aux sous-intrigues fabriquées au millimètre, un sens aiguisé du détail, une finesse dans le traitement et des scènes de combat aux couteaux brillamment chorégraphiées. Old Boy de Park Chan Wook, The Chaser de Na Hong-jin, I saw the Devil de Kim Jee-woon… la liste des films noirs sud-coréens, des chefs-d’œuvre pour la plupart, est longue. Et voilà qu’une série s’ajoute à ce lot travaillé de manière si singulière. My Name (réalisée par Kim Jin-min) suit les pérégrinations de Yoon Ji-Woo, une jeune femme qui assiste, impuissante, à la mort de son père, criblé de balles un soir où il s’apprête à franchir la porte de leur appartement. Motivée par la…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés