Ch’hiwates réinventées et consumérisme ramadanesque

Par Fatym Layachi

Le mois sacré a débuté et avec lui son lot de messages de vœux transférés sur WhatsApp. Et encore plus que les messages te souhaitant la lumière, la sérénité, la reconnexion vers soi, le cheminement vers la paix intérieure et autres bons sentiments saupoudrés de fleurs et/ou de religiosité, tu as reçu tout un tas de messages avec des menus et des listes de ch’hiwates ramadanesques que tu peux commander. A toi de choisir si tu veux te faire livrer ou si tu préfères aller les récupérer à cette adresse partagée avec une géoloc’. Ça te fait un peu halluciner le nombre de messages, mails, inbox et DM que tu as reçus cette année pour te proposer de la bouffe. Tu as un peu l’impression que presque tout le monde autour de toi est devenu traiteur. Et ceux qui ne le sont pas devenus ont au moins une belle-sœur qui l’est. Le truc qui est plutôt sympa, c’est que c’est hyper varié. Il y a de tout et de partout ! Ça va du burger au sushi, du wok au…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés