Corruption, une nouvelle approche est nécessaire

Par Réda Dalil

Trois nids de corruption débusqués et des dizaines de personnes déférées devant le Parquet… le tout en moins de dix jours. La moisson est impressionnante. D’abord, il y a cette enquête du Bureau national de la lutte contre les crimes économiques et financiers qui a mis au jour un réseau frauduleux de fonctionnaires au ministère de la Santé et de chefs d’entreprise. Tous sont interpellés dans le cadre d’une affaire de détournement de fonds publics. Second cas, celui du député RNI et président de la commune d’Ouled Tayeb. Placé le 22 mars en détention préventive avec 17 autres personnes, il devra répondre de son implication présumée dans une affaire de corruption à embranchements multiples. Et enfin, dernier cas, celui du député UC de Settat, lui aussi écroué pour des actes présumés de fraude et d’escroquerie à l’encontre d’une grande banque de la place, impliquant des responsables de la même institution. La présomption d’innocence est bien entendu de mise, mais ces arrestations successives sonnent comme une mise en garde sérieuse aux corrompus et corrupteurs en puissance. Elles dissipent en partie…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés