En Russie, la communauté marocaine confrontée aux sanctions internationales

Les étudiants marocains en Russie se retrouvent victimes collatérales de la guerre qui fait rage en Ukraine, en raison des sanctions économiques et administratives que l’Occident impose à Moscou. Témoignages.

Par

Quelque 3500 étudiants marocains étudient en Russie, en particulier dans les filières de la santé Crédit: Lionel BONAVENTURE / AFP

L’Union européenne (UE) et les États-Unis ont décidé, fin février dernier, d’exclure la Russie du système Swift (Society of Worldwide Interbank Financial Telecommunication), l’un des réseaux de messagerie bancaire et financière les plus importants, permettant les règlements interbancaires entre les établissements financiers internationaux. Cette sanction doit “empêcher (les Russes) d’opérer dans le monde entier et bloquera effectivement les exportations et les importations russes”, a assuré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Sauf que les sanctions occidentales impactent également le quotidien de centaines de milliers d’étrangers vivant en Russie, dont près de 3500 étudiants marocains, d’après les chiffres communiqués à TelQuel par le ministère des Affaires étrangères.

à lire aussi

Comme c’est le cas pour l’Ukraine, ces jeunes Marocains ont opté pour la Russie afin de poursuivre leurs études universitaires en médecine, en pharmacie, ainsi que dans certaines filières d’ingénierie. Avec l’exclusion de la Russie du système Swift, ces…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés