Driss Slaoui de Welovebuzz : “Je ne suis pas Mark Zuckerberg”

Smyet bak ?

Ouadie.

Smyet mok ?

Fatima-Zahra.

Nimirou d’la carte ?

D48104… Je garde le dernier chiffre pour moi.

Vous avez fondé Welovebuzz à 17 ans dans votre chambre d’étudiant à Al Akhawayn. Vous vous êtes pris pour Mark Zuckerberg ?

Je ne suis pas Mark Zuckerberg, et je crois qu’on est très loin de ce qu’il a fait (rires). Je comprends cette comparaison qui revient souvent, dans le sens où Welovebuzz (WLB) a commencé avec un groupe d’étudiants à l’université. On a peut-être la même ferveur et de l’ambition, mais le résultat n’est pas comparable.

Vous négociez avec des hommes et des femmes d’affaires qui n’ont pas votre âge. C’est intimidant d’être le benjamin autour de la table ?

A l’époque, je me suis fait pousser la barbe pour paraître plus vieux. D’ailleurs, je la garde toujours. Lorsque j’étais étudiant, je commençais à avoir de gros clients pour WLB et il ne fallait surtout pas qu’ils connaissent mon âge.

Driss Slaoui
“Quand tu es vieux et que tu n’as pas…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés