NMD : tenir le cap

Par Réda Dalil

Si le rapport sur le Nouveau modèle de développement (NMD) se fixe des objectifs très ambitieux, il n’en demeure pas moins important de rester réaliste quant à l’impact des réformes sur la création de richesse.” Dans son dernier rapport consacré au Maroc, le FMI a analysé la capacité du royaume à aller au bout des objectifs inscrits dans le NMD. L’institution de Bretton Woods estime qu’une série de préalables doivent être réunis pour que le Maroc demeure fidèle à une feuille de route particulièrement ambitieuse. Rappelons brièvement que le NMD prévoit un doublement du PIB/habitant à l’horizon 2035 comme aboutissement d’une batterie de réformes dont le coût est estimé à 4% du PIB annuellement d’ici 2026 et 10% au-delà. “Les incertitudes liées à l’impact des réformes structurelles sur la croissance appellent à la prudence quant au fait de considérer que ces réformes paieront pour elles-mêmes”, alerte le FMI. L’institution conseille donc à l’état marocain d’actionner le levier fiscal pour se donner les moyens de ses ambitions, en évitant d’aggraver l’endettement public. Avec tact et sans condamner le NMD, le FMI…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés