Poutine, il l’a fait

Par Réda Dalil

Il n’y a pas eu de miracle. Dans la nuit de mercredi 23 à jeudi 24 février, l’armée russe a procédé à des tirs de missiles sur plusieurs villes ukrainiennes ainsi qu’à des incursions dans le Donbass et sur la frontière sud du pays. En déclarant la guerre à l’Ukraine, ancien pays membre de l’Union Soviétique, Vladimir Poutine a mis ses menaces à exécution. Les gymkhanas diplomatiques des Européens et des Américains n’auront pas dissuadé le tsar russe à mettre en branle son entreprise militaire. Scénario du pire, le conflit pourrait se propager à toute l’Europe, et, par le traditionnel jeu des alliances, à la planète entière. Pour l’instant, nous n’en sommes pas encore là.

“Scénario du pire, le conflit pourrait se propager à toute l’Europe, voire à la planète entière”

Réda Dalil
Reste que les bouleversements provoqués par l’offensive russe se manifestent déjà à grande échelle. Les marchés boursiers mondiaux dévissent et les cours du gaz naturel et du baril de Brent connaissent de sérieuses hausses. Greniers de l’Europe, la Russie et l’Ukraine sont les deux principaux exportateurs de…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés