Hydrocarbures : une amnésie programmée

Par Réda Dalil

Il y a fort à parier que le dossier des hydrocarbures, porté devant le Conseil de la concurrence, ne connaisse aucune issue pendant le mandat gouvernemental en cours. La semaine dernière, ceux qui suivent ce feuilleton avec attention ont retenu leur souffle. Deux projets de décret modifiant des lois relatives au fonctionnement du Conseil de la concurrence ont en effet été approuvés en Conseil de gouvernement. Mais la montagne a accouché d’une souris. Protocolaires, les deux décrets en question ne font que clarifier des liens de rattachement administratif entre le Conseil de la concurrence et des directions du ministère des Finances. Le gros morceau a été tout bonnement esquivé. Quel est-il ce gros morceau? Rappelez-vous, en plein été 2020, l’ex-président du Conseil, Driss Guerraoui, est subitement démis de ses fonctions. Il achevait une enquête sur de possibles faits d’entente illicite sur les prix impliquant des pétroliers de la place. Des vices de procédure auraient rendu caduque la procédure d’investigations. Dans la foulée, une commission ad hoc est chargée d’apporter de la clarté sur les “transgressions de procédures” qui…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés