Football : les profils de supporters qui surgissent après les défaites, par le Boualem

Par Réda Allali

  Dimanche dernier, en fin d’après-midi, Zakaria Boualem a plongé dans les ténèbres. Comme une bonne partie de ses compatriotes, il avait fini par développer, malgré son cynisme, une certaine confiance en cette équipe, qu’il jugeait — le bougre — capable de le propulser dans les lumières de la félicité. Car, c’est bien connu, le cerveau humain sécrète de l’espoir mécaniquement. Hélas, la défaite a déployé ses ailes funestes et elle est venue se poser sur nos têtes, une fois de plus. Il lui a fallu de longues heures, consacrées à l’observation de documentaires dédiés aux reptiles, pour se remettre de cet infâme spectacle. Oui, les amis, une chose est de perdre, une autre est de perdre contre les Égyptiens. Ce peuple cultivé, plein d’humour, est capable, on ne sait trop comment, de produire des prestations qui sont autant d’hommages à la crise de nerfs. Entre les gémissements, les protestations, les provocations et les simulations, il est très difficile de sortir d’une confrontation avec cette équipe ignoble autrement qu’en état d’épuisement mental. Puis, le Boualem est revenu lentement à la…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés