Comment le Boualem est tombé amoureux pendant le match Maroc - Malawi

Par Réda Allali

Zakaria Boualem rédige cette page dans un état d’excitation intense. La raison de son émoi est évidente: le mountakhab, que Dieu pave son parcours de sa bénédiction, a battu le Malawi et se trouve ainsi propulsé en quart de finale. Le bougre est en transe, sa prose est boursouflée et son ton presque inquiétant. Certes, il serait très simple de le sommer à plus de retenue: nous n’avons battu qu’une équipe qu’il est difficile de présenter comme un cador du foot africain, et nous sommes encore très loin du titre continental. Il est même dangereux de festoyer avec autant de liberté, puisque nous savons que chaque succès nous rapproche un peu plus, mécaniquement, d’un échec. Qu’importe! Il prend ce qu’il peut, le Guercifi, il n’a pas assez d’occasions de se réjouir pour se permettre le luxe de faire la fine bouche.

”Le foot, pour le Boualem, est une usine à émotions, et elle a fonctionné à plein régime lors du match Maroc-Malawi”

Réda Allali
Le foot, pour lui, est une usine à émotions, et elle a fonctionné à plein régime…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés