Votez Vahid Halilhodžić

Par Yassine Majdi

Il n’est certainement pas aussi sexy qu’un Jürgen Klopp ou un Pep Guardiola. Il n’a pas la maestria tactique ni le charisme d’un Antonio Conte ou encore le côté provoc’ d’un José Mourinho. Mais notre coach national, Vahid Halilhodžić, en jette. Tout d’abord par son parcours personnel. Après une honnête carrière de joueur pro qui l’emmène notamment au PSG et à Nantes, l’homme regagne sa Bosnie natale. Profitant du pécule accumulé durant sa carrière de joueur, il ouvre son bar, sobrement appelé “Chez Vaha”, dans la ville de Mostar. Mais en mars 1991, alors que la dislocation de la Yougoslavie est entamée, les prémices des tensions ethniques qui mèneront à la guerre de Bosnie se manifestent. Et coach Vahid fait partie des premières victimes du conflit. Son bar est détruit, il échappe de justesse à une fusillade par un commando de soldats serbes. Après avoir tout perdu, il devient une figure de la résistance bosniaque et organise près de 10.000 évacuations de femmes et d’enfants à travers l’Adriatique. Après un an et demi de conflit, il est sauvé d’une exécution prévue par…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés