Cluster party, interdits et contournements

Par Fatym Layachi

C’est l’hécatombe. C’est assez simple : tout le monde autour de toi est malade ou cas contact ou au moins en télétravail. Et quand tu dis tout le monde, tu n’es même pas dans l’exagération. Certes, ce n’est pas le monde entier mais c’est absolument tous les gens de ton monde. Ta famille, tes potes, tes collègues, tes voisins… Personne n’est épargné. L’année démarre décidément sur les chapeaux de roue. Tu te dis qu’on a peut-être oublié de se souhaiter “la santé surtout” le soir du réveillon. D’ailleurs, le Nouvel an n’a pas été fêté dans l’effervescence habituelle ou, du moins, il n’a pas été fêté à la date habituelle! Et pour cause, le 31 décembre, il y avait couvre-feu. Mais par contre le 30, il y avait totalement possibilité de faire la fête jusqu’à pas d’heure. Alors les gens en ont bien évidemment profité. Et le 30, non seulement il n’y avait pas de couvre-feu, mais il n’y avait pas non plus de gestes barrières ou de distanciation physique. Bien au contraire ! Il y a eu tout plein…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés