2022 : le grand huit

Par Fatym Layachi

Ça y est ! On est en 2022. Tu ne vas pas dire “enfin”. Tu ne vois vraiment pas ce qu’il y a de réjouissant. C’est une nouvelle année certes, mais bon, depuis la pandémie, tu ne vois pas trop ce qu’il y a de nouveau ni de réjouissant. Les jours se suivent. Les mois se succèdent. Les variants s’enchaînent. Et toi, tu ne vois plus trop la différence. Seules les saisons changent et rythment un peu ton année et ta manière de t’habiller. Ou du moins sont censées rythmer l’organisation de tes placards parce qu’en ce moment, c’est un peu n’importe quoi. Il fait ou trop chaud ou trop froid. Certains matins sont tellement brumeux que tu pourrais croire que tu es sur la côte canadienne. D’autres jours, le vent est si fort que tu as l’impression d’être sur la pointe d’une île au nord de l’Irlande. Et puis, certains après-midi sont tellement ensoleillés que tu peux t’imaginer sous les tropiques. Ce n’est pas très pratique pour choisir ses fringues, mais ça peut donner l’illusion de voyager. Et ça,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés