2021, année bordélique

Par Fatym Layachi

Cette année se termine enfin. C’était long. Ils étaient tellement étranges, ces trois cent soixante-cinq jours ! Tu ne peux pas dire que cette année a été une année pénible, mais tu ne peux pas dire que cette année ait été particulièrement joyeuse. C’était une année bordélique. Bordélique et incohérente. Toi en janvier tu étais pleine d’espoir. La campagne de vaccination démarrait. Tu te disais que trois mois plus tard, le Covid serait un lointain souvenir. Tu étais loin, très loin d’imaginer l’angoisse dans laquelle tu es replongée aujourd’hui. En février aussi tu étais pleine d’espoir. D’habitude, les mois de février te dépriment, mais cette année, tu avais décidé que tout irait bien. Ta cousine passionnée de reiki t’avait entraînée dans des sessions de rééquilibrage cellulaire. Tu n’as toujours pas compris de quoi il s’agissait, mais ça sonnait bien. Et puis ta cousine t’a convaincue en te disant que ce mois de février était un mois parfait. Toi, tu n’avais jamais entendu ce concept qui…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés