Fourmis, 5G et rapatriement

Par Fatym Layachi

Tu as beau essayer d’être détendue, d’activer ton esprit de fête, de courir de marché de créateurs en marché de créateurs, d’enchaîner les apéros, tu sens bien qu’il y a un truc en toi qui reste tendu et contracté. Tu n’arrives pas vraiment à savoir ce dont il s’agit précisément, mais tu as une sorte de tension qui ne te quitte pas. Tu te sens constamment un peu angoissée, un peu anxieuse. En fait, tu trouves qu’il y a une sorte de chose anxiogène qui flotte en permanence. Tu le sens bien autour de toi, personne n’est vraiment serein ni apaisé. Et puis, surtout, ce qui est en train de s’emparer d’une grande partie de tes concitoyens et de toi-même, c’est un profond sentiment d’incompréhension. D’ailleurs, toi, tu ne comprends plus rien. Plus rien à rien. Tu ne sais pas si c’est le réchauffement climatique, la pandémie, un complot des complotistes, Mercure qui rétrograde comme dirait ta voyante, le manque total de clarté dans la communication gouvernementale, mais, clairement, tu ne comprends plus rien à ce qu’il se passe autour…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés