Le Maroc, tête de pont de l’influence russe en Afrique ?

Dans une récente enquête, The Guardian se penche sur les tentatives d’influences russes sur le continent africain. Selon le quotidien britannique, l’État russe s’appuierait sur une entreprise fondée par un proche de Vladimir Poutine pour faire entendre sa voix en Afrique et notamment au Maroc.  

Par

AFP

Cet article a initialement été publié le 13 juin 2019.

“Russkyi Mir”. Né durant les années 2000, ce concept, que l’on traduit par “monde russe”, définit la volonté de la Russie d’étendre son pouvoir et son influence en dehors de ses frontières. Une volonté mise à mal par l’annexion russe de la Crimée qui a isolé Moscou sur la scène internationale. À l’étroit dans sa zone d’influence, le Kremlin a désormais les yeux rivés vers l’Afrique comme le révèlent des documents confidentiels, auxquels ont pu accéder les journalistes du Guardian par l’intermédiaire du Dossier Center, un centre d’investigation basé à Londres et financé par Mikhail Khodorkovsky, un businessman russe en exil connu pour sa position critique envers le Kremlin. Ces documents montrent que la Russie cherche à “renforcer sa…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés