Contrôles continus : Chakib Benmoussa suspend une des dernières décisions de Saaid Amzazi

Le ministère de l’Éducation nationale, du Préscolaire et des Sports a annoncé, ce 29 novembre, la suspension de deux circulaires ministérielles publiées les 15 et 16 septembre, relatives aux contrôles continus au titre de l’année 2021-2022 dans les trois cycles d’enseignement.

Par

Rentrée scolaire 2020. Crédit: Yassine Toumi / TelQuel

Le 16 septembre dernier, le ministre de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle et de l’Enseignement supérieur Saaid Amzazi avait introduit un nouveau système de contrôle continu pour l’année scolaire 2021-2022.

La note ministérielle, signée par l’ancien ministre quelques jours avant la fin de son mandat, instaurait un contrôle unifié chaque semestre au niveau de chaque établissement, à l’exception du second semestre de l’année terminale de chaque cycle d’enseignement.

Une décision suspendue ce 29 novembre par son successeur, Chakib Benmoussa, qui revient aux “dispositions d’évaluation en vigueur avant la publication desdites circulaires”, selon un communiqué du ministère rapporté par la MAP.

La première circulaire porte sur le cadre de référence encadrant cette opération, alors que la seconde a trait à l’échéancier des contrôles continus unifiés et à leur pourcentage, rappelle le ministère.

à lire aussi

Une mesure qui devrait calmer la colère des syndicats lycéens, descendus dans la rue ce 29 novembre, notamment à Beni Mellal, pour dénoncer la décision de l’ancien ministre.

Joint par TelQuel Arabi, Abdelghani Erraki, secrétaire général de l’Union nationale des syndicats de l’Éducation nationale, relevant de la Confédération démocratique du travail (CDT), a exprimé son vif mécontentement face à la décision prise par Saaid Amzazi et suspendue par Chakib Benmoussa : “Comme d’habitude, nous n’avons pas été consultés sur la question en tant que syndicat. Les protestations d’aujourd’hui ne sont ni une grève syndicale ni un mouvement de protestation organisé par un certain parti, mais plutôt une manifestation spontanée des élèves.”